Tech News

Après les révélations de harcèlement sexuel, les employés de Google réagissent

Il y a quelques jours à peine, le PDG Sundar Pichai affirmait que Google avait licencié, sans indemnités, 48 personnes liées à des cas de harcèlement sexuel au sin de l’entreprise. Néanmoins, une enquête du New York Times a révélé que certains cas auraient été couverts par l’entreprise, dont celui du fondateur d’Android, Andy Rubin. En effet, il aurait imposé une relation sexuelle orale à une employée de l’entreprise avec qui il avait une liaison à l’époque. La compagnie a fait une enquête interne, jugée les faits crédibles, mais Rubin a quitté Google en 2014 en empochant 90 millions de dollars.

Lors de la publication de l’enquête, Rubin a réagi en indiquant : « L’article du New York Times contient de nombreuses inexactitudes au sujet de mon emploi chez Google et de folles exagérations au sujet de ma rémunération […] En particulier, je n’ai jamais forcé une femme à faire l’amour dans une chambre d’hôtel. Ces fausses allégations font partie d’une campagne de diffamation ».

> Lire aussi :  Google renonce à un contrat de 10 milliards avec le Pentagone

Les employés de Google donnent régulièrement leur avis

Par conséquent, plusieurs employés de la firme ont manifesté leur volonté d’organiser une marche pour protester contre le rôle de Google dans cette affaire. Ainsi, près de 200 ingénieurs préparent une marche, baptisée sobrement « La marche des femmes », qui aura lieu ce jeudi 1er novembre.

La semaine dernière, Google a tenu une réunion durant laquelle elle a évoqué l’enquête du New York Times tout en tentant de s’excuser. Une attitude qui n’a vraisemblablement pas suffi aux personnes présentes puisque plus de 200 employés étaient prêts à participer à la marche dès le lendemain. Sous couvert d’anonymat, un salarié de l’entreprise se dit « furieux », car il a l’impression « qu’il y a un schéma d’hommes puissants qui s’en sortent avec un comportement horrible envers les femmes […] ou s’ils ne s’en sortent pas, ils reçoivent une tape sur les doigts, ou ils sont renvoyés avec un parachute doré, comme Andy Rubin. Et c’est un leadership composé surtout d’hommes qui décident des conséquences ».

> Lire aussi :  Voici à quoi ressemblerait le Pixel Stand

Ce n’est pas la première fois que les employés de Google font valoir leur avis dès lors qu’il n’est pas en accord avec celui de la compagnie. De fait, plusieurs d’entre eux s’étaient déjà hissés contre le projet Dragonfly ainsi que le projet Maven. Ce dernier, qui liait Google au Pentagone sur un projet de reconnaissance d’images par drones, a finalement été abandonné.

À l’inverse, Dragonfly, une initiative marquant le futur retour de Google en Chine, est toujours d’actualité.

Source

Tags

About the author

Cyriac

Je suis Zeh Cyriac , fondateur et chef de la direction de la société informatique DROP Corporation Inc. et blogueur indépendant aux États-Unis, avec une passion pour l'Entrepreneuriat en ligne, le marketing de contenu et toutes les choses qui tournent au tour du digital et ’informatique .

Add Comment

Click here to post a comment

Newsletter

Les dernières nouvelles du Web, de la high-tech et de l'innovation numérique tous les matins à l'heure du petit déjeuner.

Vous avez parfaitement souscrit ! Consultez vos mails pour confirmer l'inscription .