Internet Tech News

En deux ans, Google a viré près de 50 personnes pour harcèlement sexuel

Dans un document interne à l’entreprise, le directeur général de Google Sundar Pichai affirme que la compagnie a licencié 48 personnes accusées de harcèlement sexuel, sans indemnités de départ. De cette façon, le dirigeant espère répondre à une enquête du New York Times qui accuse l’entreprise d’avoir étouffé plusieurs affaires.

Google aurait encore des progrès à faire en matière de protection du harcèlement sexuel

Sur le total des 48 personnes, le document adressé aux employés de la compagnie précise que 13 étaient des hauts responsables. De fait, Sundar Pichai assure : « Lors des années récentes, nous avons effectué beaucoup de changements, y compris adopté une ligne dure sur des comportements inappropriés de personnes en position d’autorité ».

Le directeur de Google précise que toutes les relations intimes au sein de la firme se doivent désormais d’être déclarées, et qu’une ligne téléphonique est dédiée aux problématiques liées au cas de harcèlement sexuel depuis 2015.

> Lire aussi :  Google annonce de nouvelles mesures pour sécuriser les données de ses utilisateurs

Néanmoins, l’enquête du New York Times évoque une version dont certains points sont largement différents. En effet, le journal indique qu’Andy Rubin, créateur d’Android aurait quitté l’entreprise après une affaire de harcèlement sexuel, en 2014. Le fondateur de l’entreprise Essential aurait imposé une relation sexuelle à une employée de l’entreprise avec qui il avait une liaison à l’époque. La même année, une enquête interne rapporte pourtant que les faits auraient été jugés crédibles, et pourtant, Google n’a pas agi en faveur de la victime présumée, comme l’indique Sundar Pichai dans son mémo. De plus, Andy Rubin aurait empoché 90 millions de dollars lors de son départ.

Sam Singer, porte-parole du fondateur d’Android a tenu à faire savoir que « M. Rubin a quitté Google de son plein gré en 2014 pour fonder Playground […] Il n’a jamais eu de comportement inapproprié chez Google ou ailleurs, et personne ne lui a jamais dit qu’il en avait eu ». Le porte-parole appuie son propos en indiquant que les relations qu’a eu Rubin chez Google étaient toutes consenties.

> Lire aussi :  Donald Trump lance un avertissement pour Google, Facebook et Twitter

Plus globalement, le New York Times indique que Singer n’est pas le seul puisque trois cadres dirigeants auraient été protégés au cours de ces dix dernières années. Google aurait eu connaissance des faits, mais décidé de ne pas les rendre publics.

Source

About the author

Cyriac

Je suis Zeh Cyriac , fondateur et chef de la direction de la société informatique DROP Corporation Inc. et blogueur indépendant aux États-Unis, avec une passion pour l'Entrepreneuriat en ligne, le marketing de contenu et toutes les choses qui tournent au tour du digital et ’informatique .

Add Comment

Click here to post a comment

Newsletter

Les dernières nouvelles du Web, de la high-tech et de l'innovation numérique tous les matins à l'heure du petit déjeuner.

Vous avez parfaitement souscrit ! Consultez vos mails pour confirmer l'inscription .