Tech News

Gwyneth Paltrow fait la promotion du Bitcoin, et c’est plutôt réussi

Alors que le Bitcoin célèbre ses 10 ans, la devise électronique continue de faire parler d’elle auprès du grand public. Dernière intervention en date : celle de l’actrice américaine Gwyneth Paltrow qui publie sur son blog personnel Goop un guide d’investissement (sponsorisé ?) sur le Bitcoin.

L’article prend la forme d’un jeu de questions réponses avec Bill Barhydt – le fondateur d’un portefeuille de stockage de crypto-monnaies sur mobile baptisé Abra. Dans cette conversation, la célébrité met en avant le b.a.-ba du Bitcoin tandis que Bill Barhydt intervient sur des questions plus pointues concernant les devises électroniques.

Le b.a.-ba du Bitcoin dans une interview

Quelle est la valeur du Bitcoin ?

En l’occurrence, quand il s’agit d’évoquer la valeur du Bitcoin, Bill Barhydt explique qu’au final, une « chose a de la valeur parce que les gens s’accordent sur le fait que cette chose vale un certain montant ».

Une monnaie émise par un gouvernement, comme le dollar américain, « a de la valeur parce que tout le monde s’accorde sur le fait que ça vale quelque chose – en particulier parce que le gouvernement prélève les impôts uniquement dans cette devise-là ». On en revient donc au principe de base de l’économie qui est l’équilibre entre l’offre et la demande.

Bill Barhydt rajoute que la valeur du Bitcoin s’appuie sur 3 arguments de taille :

  • Le Bitcoin est la première devise électronique au monde
  • Le Bitcoin est disponible dans une quantité limité (21 millions d’unités à terme)
  • Le Bitcoin est produit via un processus économique intelligent qui s’appelle minage

> Lire aussi :  L’activité criminelle liée aux crypto-monnaies a chuté de 80% depuis 2013

Où vont les crypto-monnaies ?

Parmi les autres questions que l’on retrouve dans cette interview, l’une d’entre elles traite l’avenir des crypto-monnaies. Et Bill Barhydt donne là une réponse assez originale. Selon lui, le Bitcoin sera utilisé pour résoudre des problèmes globaux – et il cite 3 exemples assez peu communs pour appuyer sa thèse :

  • Le premier problème auquel s’attaque le Bitcoin sont les « remittances »  – ces fonds qui sont envoyés par les migrants à leurs familles restées dans leur pays d’origine. Aujourd’hui, ces virements représentent plus de 500 milliards de dollars chaque année, et les commissions prélevées par les différents opérateurs (Western Union, MoneyGram) s’élèvent jusqu’à 15% du montant transféré. En moyenne, ce sont 10% qui sont prélevés sur chaque opération – soit 50 milliards de dollars de commissions chaque année. Avec le Bitcoin, les frais de transferts à l’international sont nuls – et cela donne lui confère un avantage considérable.
  • La deuxième opportunité issue du Bitcoin concerne l’investissement. Le Bitcoin permet de générer des smart contracts qui pourront eux-mêmes agir comme des produits dérivés sur des actions traditionnelles : ainsi, les investisseurs américains pourront par exemple obtenir de l’exposition à une action étrangère sans avoir à passer par un courtier traditionnel. Et inversement.
  • La dernière opportunité avancée par Bill Barhydt n’est autre que les micro-paiements dans les pays en voie de développement. En l’occurrence, le Bitcoin pourrait être utilisé pour faciliter la location d’appareil électroménagers (machines à laver, réfrigérateurs, télévisions) de manière automatisée. Chaque semaine, le locataire devrait virer un certain montant de la crypto-monnaie pour que les appareils continuent de fonctionner.

> Lire aussi :  Le Bitcoin est la « mère de toutes les arnaques », selon Roubini

Une approche intelligente de la part d’une célébrité

Nombreuses sont les célébrités qui ont évoqué ou promu les crypto-monnaies dans les dernières années. Toutes n’ont pas eu l’approche de Gwyneth Paltrow qui est de répondre à des questions basiques sur le Bitcoin – pour éclairer le grand public – sans pour autant inciter les gens à investir sans se poser de question.

On se souvient par exemple du boxeur Floyd Mayweather ou de DJ Khaled qui se sont tous les deux lancés dans la promotion d’ICO (introductions en bourse par des crypto-monnaies) et qui ont finalement été poursuivi dans ces affaires.

Si les crypto-monnaies se démocratisent toujours davantage, il ne faut pas oublier qu’elles comportent aussi des risques et qu’il faut donc y investir uniquement en connaissance de cause. Même les experts ont parfois du mal, à l’instar de ce gérant de hedge-fund qui a perdu 99,73% de son investissement.

Vous pouvez retrouver l’intégralité de son article ici :

About the author

Cyriac

Je suis Zeh Cyriac , fondateur et chef de la direction de la société informatique DROP Corporation Inc. et blogueur indépendant aux États-Unis, avec une passion pour l'Entrepreneuriat en ligne, le marketing de contenu et toutes les choses qui tournent au tour du digital et ’informatique .

Add Comment

Click here to post a comment

Newsletter

Les dernières nouvelles du Web, de la high-tech et de l'innovation numérique tous les matins à l'heure du petit déjeuner.

Vous avez parfaitement souscrit ! Consultez vos mails pour confirmer l'inscription .