Tech News

L’Appel de Paris, l’accord pour la cybersécurité que certains pays n’ont pas signé

Alors que le gouvernement français accueille actuellement le Forum sur la Gouvernance de l’Internet au siège de l’UNESCO, le président de la République a mis en lumière un nouvel accord visant à pacifier le web. En effet, « l’Appel de Paris pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace » vise à réunir plusieurs entités qui s’accordent à partager une vision commune autour des valeurs de cette charte. Au total, ce nouveau pacte international a rassemblé les signatures de 51 autres pays, 224 entreprises et 92 organisations à but non lucratif. Néanmoins, quelques pays ont refusé de répondre présent à ce nouvel appel, et non des moindres.

Les États-Unis, la Chine, la Russie, l’Iran, Israël et la Corée du Nord n’ont pas signé l’accord.

L’Appel de Paris du 12 novembre pour s’unir contre les « nouvelles menaces »

À ce jour, l’Appel de Paris est l’initiative la plus poussée en faveur de règles internationales sur la cybersécurité. Comme l’explique Wired, ce document fait office de convention de Genève numérique, soit un équivalent des traités fondamentaux relatifs au droit international humanitaire.

De fait, plusieurs engagements sont listés dans ce nouveau document, dont le fait de prévenir ensemble les nouvelles menaces émergeant du numérique. Sur le site web de France Diplomatie, il est ainsi écrit qu’il s’agit là d’unir les États pour « faire respecter les droits des personnes et les protéger en ligne ».

[embedded content]

Voici les engagements compris dans l’Appel de Paris du 12 novembre, tel qu’ils sont listés par le gouvernement :

• Accroître la prévention et la résilience face aux activités malicieuses en ligne,
• Protéger l’accessibilité et l’intégrité d’Internet,
• Coopérer afin de prévenir les interférences aux processus électoraux,
• Travailler ensemble contre les violations de la propriété intellectuelle par voie cyber,
• Prévenir la prolifération des programmes et techniques cyber malicieux,
• Accroître la sécurité des produits et services numériques ainsi que la « cyber-hygiène » de tous,
• Prendre des mesures contre le cyber-mercenariat et les actions offensives des acteurs non-étatiques,
• Travailler ensemble pour renforcer les normes internationales pertinentes.

Aucune pénalité n’est à prévoir pour les États qui ne respectent pas l’un de ces points, puisqu’il s’agit plutôt d’une charte d’engagement à laquelle adhèrent -ou non- pays, entreprises et associations.

Néanmoins, la liste des pays ayant refusé de signer ce document fait état d’un problème beaucoup plus large. D’une part, il s’agit de pays considérablement puissant lorsqu’il s’agit de cybersécurité, particulièrement lorsqu’il s’agit des États-Unis, de la Chine et de la Russie. D’autre part, tous les États ayant refusé de signer sont mêlés, de près ou de loin, à des affaires de cyberattaques ou d’ingérence politique ayant eu lieu ces deux dernières années. En effet, la Corée du Nord serait à l’origine de NotPetya, un ransomware qui avait infecté de nombreuses entreprises en Ukraine, mais aussi au Royaume-Uni et en France. Le même pays est accusé d’avoir lancé WannaCry, une autre cyberattaque puissante qui a précédé NotPetya et particulièrement impacté le Royaume-Uni.

Force est de constater que l’impact de l’Appel de Paris est inévitablement restreint dès lors que des pays aussi puissants refusent d’y adhérer. Néanmoins, certains indiquent que de document fait plutôt office d’un coup de communication venue de France -et signé au lendemain de la commémoration du 11 novembre- plutôt que d’un réel appel visant à éviter une cyberguerre mondiale.

Source

About the author

Cyriac

Je suis Zeh Cyriac , fondateur et chef de la direction de la société informatique DROP Corporation Inc. et blogueur indépendant aux États-Unis, avec une passion pour l'Entrepreneuriat en ligne, le marketing de contenu et toutes les choses qui tournent au tour du digital et ’informatique .

Add Comment

Click here to post a comment

Newsletter

Les dernières nouvelles du Web, de la high-tech et de l'innovation numérique tous les matins à l'heure du petit déjeuner.

Vous avez parfaitement souscrit ! Consultez vos mails pour confirmer l'inscription .