Tech News

Vous avez pensé Dieselgate? Il n’est pas.

Il a été une électrisante mois pour l’industrie automobile allemande. Mercedes-Benz a présenté son premier tout-électrique SUV. BMW a offert un aperçu de son prochain EV stratégie en dévoilant un concept-car. Et Audi va électriques, ainsi. Lundi, la société a célébré la première de son premier entièrement alimenté par batterie de voiture, l’E-tron. Audi fête la sortie de San Francisco a été particulièrement peu probable quand on considère ce qui s’est passé il y a trois ans.

En tant que partie du Groupe Volkswagen, Audi a joué un rôle central dans le développement et l’installation de logiciels illégaux de 11 millions de voitures diesel dans le but de tromper les essais d’émissions. Le 18 septembre, 2015, la US Environmental Protection Agency a informé le public sur les VW et Audi violation de la Loi sur l’Air, provoquant des organismes gouvernementaux à travers le monde à lancer des enquêtes. Dieselgate est devenu le plus grand scandale de rock de l’industrie automobile depuis des décennies, et dans un délai de trois ans, le Groupe Volkswagen a dû payer environ 30 milliards de dollars pour régler l’affaire. La somme est susceptible d’augmenter de plusieurs milliards de dollars.

Pendant qu’ils sont occupés mettant l’accent sur leur engagement en faveur des véhicules électriques, les constructeurs automobiles allemands sont encore bousculent pour contenir les retombées de Dieselgate: les cadres sont détenus dans la prison; les investisseurs sont à la poursuite de milliards; la Commission européenne enquête sur VW, Daimler, BMW et de collusion; et la relation d’intimité avec le gouvernement d’Angela Merkel a craqué sévèrement.

Devinez qui n’a pas assisté à l’Audi de l’événement de lundi? Il a été Rupert Stadler, le PDG d’Audi. Heures avant la fête commence, Volkswagen conseil s’est réuni à Wolfsburg, en Allemagne, pour discuter de Stadler avenir au sein de l’entreprise. Il est prévu pour être retiré de son poste la semaine prochaine. Après tout, il a été maintenu en détention dans un Bavarois prison pendant trois mois et ne peut pas très bien fonctionner une voiture de société à partir de là. Non seulement il est soupçonné d’avoir fait de fausses déclarations aux autorités, les procureurs pense qu’il a aussi essayé de manipuler des témoins importants.

Stadler est le sixième Groupe Volkswagen exécutif à être emprisonné pour Dieselgate liées à des crimes présumés. La liste des suspects de VW, Audi et Porsche a augmenté de 70 noms, ce qui se traduit par beaucoup de travail pour Volkswagen avocats. Mais ils sont confrontés à un autre problème.

Le 10 septembre, les investisseurs ont déposé une 10 milliards de dollars poursuite de Braunschweig, Allemagne à l’encontre de la société, tendant à la réparation du jusqu’à 37 pour cent frappé de Volkswagen, le prix de l’action suite aux révélations par l’EPA. Ils soutiennent que VW manqué à son devoir d’avertir les actionnaires sur le scandale financier de l’impact. “J’attends le procès pour être réussie,” Ferdinand Dudenhöffer, professeur d’Économie de l’Automobile à l’Université de Duisburg-Essen, dit La Veille. “Y compris en ce cas, et tous les autres en attente de procès, je suppose que Volkswagen va devoir payer un autre $15 milliards de dollars en amendes.”

Volkswagen n’est pas le seul constructeur automobile dans le chaos. Daimler est d’avoir quelques graves diesel liés à peine, trop. En Europe, la société a récemment eu à rappeler à 700 000 Mercedes-Benz voitures diesel d’irrégularités avec leurs émissions logiciel de contrôle. Alors que le gouvernement allemand a menacé la société à un montant de $4 milliards d’amende, il est encore difficile de savoir si Daimler va réellement avoir à payer.

Par comparaison, BMW a peu à craindre. Bien que des dizaines de procureurs et les agents de police ont fait une descente au siège de la société à Munich au printemps (quelque chose qui est arrivé à Daimler et VOLKSWAGEN beaucoup plus tôt), ils n’ont pas trouvé de preuves de crimes majeurs. Selon un rapport récent publié par le quotidien Süddeutsche Zeitung, qui cite des numéros de l’Allemagne du Ministère des Transports, près de 8 000 BMW diesel voitures ont été équipées avec irrecevable systèmes à arrêter le contrôle des émissions. La compagnie dit que cela était dû à une “erreur humaine.” En fin de compte, BMW pourrait seulement avoir à payer une amende de $12 millions de dollars d’amende.

En plus de ces cas individuels, il y a une problématique plus large qui englobe l’ensemble de l’industrie automobile allemande. Juste à temps pour Dieselgate du troisième anniversaire, la Commission Européenne a annoncé qu’elle intensifie son enquête afin de déterminer si VW, Audi, Daimler, BMW et Porsche se sont entendus sur les émissions de diesel à partir d’aussi loin que dans le début des années 1990. Ils sont accusés d’avoir formé illégale d’un “cartel” qui a jeté les bases pour Dieselgate. La Commission a effectué des inspections dans les locaux de BMW, Daimler, VW et Audi en octobre 2017. “Si elle est avérée, cette collusion peut avoir refusé aux consommateurs la possibilité d’acheter des voitures moins polluantes, en dépit de la technologie à la disposition des fabricants”, a déclaré Margrethe Vestager, Commissaire Européen à la Concurrence.

Dieselgate a conduit à un bouleversement dans l’Allemagne de la politique. Pendant des décennies, la voiture cadres cultivé des relations amicales avec le législateur allemand. Les choses étaient carrément confortable. Avant Dieselgate, l’Allemagne est la voiture la plus puissante des lobbyistes a commencé ses lettres à la chancelière avec “Chère Angela.” Si d’autres états membres de l’UE, la Commission européenne ou le Parlement Européen étaient en train de pousser pour une réglementation plus stricte, les constructeurs automobiles pourraient toujours compter sur les fonctionnaires allemands à l’eau de nouvelles règles Européennes. Les Experts concluent que les politiciens sont en partie à blâmer pour Dieselgate. “Les politiciens allemands toujours pensé qu’ils venaient en aide à l’industrie automobile en étant doux sur la réglementation et en gardant les yeux fermés”, Dudenhöffer dit Le Point.

Maintenant, les politiciens et les fabricants à payer le prix pour leur étroite relation. La plupart des électeurs allemands pensent maintenant que le gouvernement a été trop indulgent sur Volkswagen, Daimler et BMW. Grâce à l’industrie du lobbying et de l’allemand interventions, les règles Européennes pour les émissions d’oxydes d’azote (NOx) sont plein de de nombreuses lacunes que pratiquement tous les véhicules diesel émettent plus de polluants dans l’environnement, alors que dans la rue qu’à des installations d’essais. Alors que ce n’est pas illégal, ces super-véhicules polluants ont fait de l’air dans de nombreuses villes allemandes beaucoup plus sale que permis en vertu des normes de l’UE.

“Pendant des années, le gouvernement allemand a été réprimandé par la Commission européenne,” Dudenhöffer dit, “mais il n’a jamais rien fait à ce sujet.” Pour améliorer la qualité de l’air, les tribunaux ont interdit les anciennes voitures diesel à partir de plusieurs villes allemandes ou des parties d’entre eux. Hambourg, Francfort et Stuttgart ont été les premiers à annoncer ces restrictions. “En fin de compte, nous allons probablement obtenir diesel interdictions dans 20 villes allemandes,” Dudenhöffer dit.

Inutile de dire que cela ne va pas aller bien avec de nombreux électeurs allemands comme des millions de leur propres voitures diesel. Pour éviter les interdictions de circulation, le gouvernement est enfin penser obligatoires mises à jour de matériel à des fabricants de dépenses de à réduire les émissions de NOx dans les vieilles voitures diesel. Les écologistes ont fait appel pour cela pendant des mois, mais le gouvernement n’a pas voulu l’imposer à l’industrie automobile. C’seulement exigé des mises à jour de logiciels qui sont de moins en moins efficace, mais beaucoup moins cher.

La menace des interdictions de circulation est déjà à l’origine de la part de marché des véhicules diesel à l’effondrement. Dans la première moitié de l’année 2017, plus de 41% des voitures neuves en Allemagne ont été les moteurs diesel. Cette année, le nombre est passé à 32%, selon une nouvelle recherche de l’Université de Duisburg-Essen.

L’ère des voitures diesel, qui sont particulièrement importants pour les fabricants allemands, est d’arriver à une fin beaucoup plus rapide que la Volkswagen, Daimler et BMW a probablement voulu. Cependant, comme les consommateurs de la Chine et les États-unis ont vite oublié l’affaire, les constructeurs allemands sont encore à faire plus d’argent que jamais. Le déplacement en véhicules électriques, alors, est à la fois l’image de la réadaptation et de la nécessité financière — parce qu’il s’avère Allemands sont tombés en amour avec les voitures diesel.

About the author

Cyriac

Je suis Zeh Cyriac , fondateur et chef de la direction de la société informatique DROP Corporation Inc. et blogueur indépendant aux États-Unis, avec une passion pour l'Entrepreneuriat en ligne, le marketing de contenu et toutes les choses qui tournent au tour du digital et ’informatique .

Add Comment

Click here to post a comment

Newsletter

Les dernières nouvelles du Web, de la high-tech et de l'innovation numérique tous les matins à l'heure du petit déjeuner.

Vous avez parfaitement souscrit ! Consultez vos mails pour confirmer l'inscription .